bisphenol2
L'humain rencontre de plus en plus de perturbateurs endocriniens et d'hormones de synthèse dans son environnement et cela ne va pas sans conséquences...


Où les trouve t-on essentiellement ?

On les trouve principalement dans 3 secteurs :

  • Dans l'alimentation : la voie alimentaire représente 80 % de notre exposition aux perturbateurs endocriniens. La raison : principalement suite au contacte des aliments avec leur emballage (avec certains plastiques, les boîtes de conserves contenant des résines alimentaires pour éviter toute forme de corrosion au contacte des aliments, les bouteilles et bonbonnes d'eau...ici est concerné entre autre le bisphénol A.)
  • Dans les pesticides (certains sont des oestrogènes, donc des hormones de synthèse).
  • Via la santé (matériel médical, certains médicaments comme le Distilbène, etc.)

On les retrouve aussi dans divers endroits : dans les peintures, les colles, les tickets de caisse et tous autres reçus imprimés thermiques, CD, DVD...

Autant dire qu'il y en a un peu partout : "les substances soupçonnées d'être des perturbateurs endocriniens seraient près d'un millier"*


Comment agissent-ils ? Leurs effets à long terme sur la santé ?

bisphenol3Le point commun entre les hormones de synthèse et les perturbateurs endocriniens, c'est que ce sont des vecteurs extérieurs qui agissent directement sur le système hormonal des organismes, dont le notre et là où le bat blesse, c'est que certains d'entre eux ont pour rôle de le réguler tandis que d'autres le perturbe, en empêche le bon fonctionnement.

Ces hormones agissent à tous les niveaux de notre organisme et influencent tous nos organes ; raison pour laquelle les hormones sont si importantes. Certaines d'entre elles comme les hormones stéroïdiennes jouent un rôle dans le noyau même de nos cellules, se fixant sur l'ADN et déclenchant ainsi la transcription de différents gènes en fonction du type de cellules dans lesquelles elles se trouvent.**

Dès lors qu'elles ne peuvent plus assurer leur rôle, notre corps peut donc être amené à développer différents troubles et générer des maladies plus ou moins graves, allant jusqu'à certains types de cancers. Ces perturbateurs endocriniens, dont l'un d'entre eux est particulièrement mis en avant en ce moment, le bisphenol A, sont entrain d'être étudiés très sérieusement par l'OMS, et des agences de sécurité alimentaire nationales et européennes, car leur nocivité sur la santé est approuvé par de nombreux scientifiques.

"Tous [ces perturbateurs endocriniens] suscitent l'inquiétude quand à leurs effets sur la santé humaine. [Certains ont déjà démontré qu'ils pouvaient avoir des effets très graves chez l'humain, d'autres sur la faune sauvage.] Mais surtout, le nombre de pathologies pouvant s'expliquer, au moins en partie, par des dérégulations du système hormonal, ne cesse d'augmenter depuis vingt ans."*

Des mesures sont entrain d'être envisagées pour limiter voir éliminer notre exposition à ces substances toxiques mais cela ne va pas sans difficulté car ces substances ont des effets à des doses très faibles et on en est déjà bien plus exposé qu'il ne le faudrait. Elles ont également des modes d'action et des effets très différents des poisons et drogues "ordinaires", ce qui complique la tâche des scientifiques pour essayer de trouver des "remèdes" et celle des législateurs pour essayer d'établir des "principes de précaution", comme des seuils admissibles d'exposition à ces produits.


Que faire ? Comment s'en protéger au mieux ???

bisphenolLa solution est simple mais implique un certain nombre de changements de la part des consommateurs que nous sommes : il s'agit de limiter notre exposition à ces substances au maximum.

Pour commencer, il faut donc éviter d'utiliser des contenants alimentaires en plastique, de ne pas chauffer de denrées dans de tels emballages via le micro-onde par exemple et d'éviter de consommer des aliments en boîtes de conserve ; bref, de privilégier le verre, le verre, et encore le verre pour tout ce qui est alimentaire !

Pour faire un tri parmi tous ces plastiques, boycotter et jeter ceux dont figurent le pictogramme ci-contre : ces plastiques contiennent du bisphénol A (un oestrogène de sythèse) et ne sont pas appropriés pour le stokage de vos produits alimentaires.
Il est également conseillé d'éviter tous les autres bisphénols en général : on ne sait pas encore quelles influences ils peuvent avoir sur notre santé.

Toutes les bouteilles et bonbonnes d'eau en plastique, constituées de polycarbonates, sont également une source importante d'exposition de bisphénol A par voie orale. Optez pour d'autres solutions (comme le filtre à eau, j'en parle ici, voir fin de l'article) qui peuvent se révéler d'ailleurs bien plus économiques.

Bref, soyez des consommateurs actifs !! smileysympa



* infos extraite du Magazine "La Recherche" n°476, page 40.

** Même magazine, page 42