OGM01                                 infos sur l'image prise sur le web *


smileysympa Bon, l'image, c'est pour la forme, le plaisir, le p'tit bonus !

Plus sérieusement, les OGM, où en sont les chercheurs actuellement ?
Qu'ont-ils pu observer, quels sont les impact de ces "nouveaux" aliments mis sur le marché quand à notre santé ?
Je vous apporte ici quelques éléments de réponse...


Les OGM : zoom sur différentes transformations génétiques


Il existe apparemment deux formes principales de transformations génétiques :


La première consiste à rendre une plante résistante à un insecticide (comme le Roundup, très toxique pour l'environnement entre autre), créée évidemment pour et par un lobby qui se soucis grandement de son développement économique sans se soucier du reste : Monsanto.

La deuxième manipulation génétique, qui peut avoir plus d'intérêt économiquement et pour le producteur, consiste à rendre une plante toxique face à son ravageur principal (donc, en d'autres termes, pour qu'elle puisse produire "naturellement" un insecticide comme moyen d'auto-défense), ce qui a un double intérêt : le producteur sera amené à moins utiliser de produits insecticides
si la méthode fonctionne vraiment et pourrait être une solution efficace pour lutter contre la malnutrition dans certains pays en potentialisant les récoltes.

Mais...quand est-il vraiment ?

Les problèmes environnementaux et éthiques qu'ils posent déjà

Pour la première manipulation génétiquement évoquée, les raisons sont purement industrielles au profit d'une seule et même grande entreprise et n'a aucun intérêt à proprement parler à mes yeux, à part de permettre aux agriculteurs d'asperger leur culture de Roundup à tout va.

Ce genre d'agriculture serait donc encore plus toxique pour l'environnement : bilan zéro point T.


Pour la deuxième, on peut penser que cette transformation génétique a un réel intérêt ; cependant les chercheurs qui émettaient des réservent face à ces OGMs se sont fondées : l'organisme des vers et autres insectes ravageurs se sont, au bout de quelques générations, adaptés
à leur nouvel environnement et sont devenus résistant à la toxicité de ces nouveaux aliments.


"Deux cas de ravageurs devenus résistants à l'insecticide produit par des maïs OGM ont d'ores et déjà été rapportés : le premier concerne les larves de Bussolea fusca, insecte foreur de maïs, en Afrique du Sud et le second des larves du papillon Spodoptera frugiperda, à Porto Rico."**

Donc, de ce point de vue là aussi, la manipulation génétique n'a plus d'intérêt à proprement parlé non plus et pourtant, ça continue...

Mieux encore : "De la même manière, [les textes de réglementation Européenne de la mise sur la marché des cultures modifiée génétiquement] n'évoquent que vaguement la nécessité d'observer d'éventuels impacts négatifs des cultures d'OGM sur la santé des riverains, homme ou animaux. Dans la pratique, aucun test dans ce sens n'est exigé." **


Et je n'ai pas encore évoqué d'autres aspects, comme les problèmes liés à la dissémination des semences dans l'environnement et leurs impacts...c'est ce qui suit !

 

Et le choix du consommateur dans tout ça, jusqu'où est-il possible ??

Des conséquences déjà bien visibles au quotidien et qui empiètent sur notre liberté
Mieux comprendre ce que nous disent les étiquettes


Les plantes OGM ne sont pas stériles contrairement à ce que l'on a pu entendre (***) et le prolème de la contamination des autres plantes issues de l'agriculture conventionnelle est l'inquiétude majeur des spécialiste sur la question.


D'ailleurs, dans le débat mentionné plus haut (voir en bas de page la référence des 3 étoiles),
Yves Bertheau reconnaît que les agriculteurs n'ont pas vraiment le choix et doivent accepter des semences de moins en moins "pures", donc potentiellement de plus en plus contaminées par des plants issues de ces nouvelles cultures...apparemment, il serait donc déjà de plus en plus difficile de fournir des variétés conventionnelles !

Donc jusqu'où va pouvoir coexister ces deux types de culture ?


Déjà, pour satisfaire le consommateur, les lois visant l'étiquetage des produits "Sans OGM" autorisent un pourcentage de plus en plus important de contamination fortuite.

 
Par ailleurs, un aliment en U.E. doit être étiqué "avec OGM" si le % d'OGM présent dans le produit fini dépasse le seuil de 0,9% mais... mais mais : "le fabricant est dispensé d'étiquetage spécifique [quand] aucun des ingrédients ne dépasse le seuil de 0,9%."
4*.

Ce qui permet une certaine souplesse compréhensible mais qui va de pair avec une absence de choix quelque part pour nous, consommateur... ainsi les supports d'arômes (tels que l'amidon de maïs par exemple) peuvent résulter d'OGM, et bien d'autres supports alimentaires utilisés couramment par les industriels...

Bonus supplémenaire, et qui pose réellement question quand au contrôle de l'utilisation de ces OGMs dans notre alimentation : "
Les laboratoires de contrôle [...] déterminant la quantité relative OGM/non OGM [présent dans notre alimentation] par espèce végétale à partir de l’ADN [ne peuvent] pas distinguer l’amidon issu d’OGM de l’amidon issu de non OGM, de même pour les huiles etc.."***, c'est à dire, vous avez bien compris, que dès qu'une plante / fruit génétiquement modifié est transformé pour les besoins de l'industrie agro-alimentaire, les organismes de contrôle eux-mêmes ne peuvent savoir si l'aliment est issus d'un OGM ou non... donc leur solution pour nous "rassurer" : contrôler les aliments à leur source, soit avant leur transformation...

Ça, c'est du contrôle efficace... et notre santé dans tout ça ?
Y a t-il des raisons de s'en préoccuper ???

 

Débat sur l'étude de 2012 faite par le Pr Gilles-Eric Séralini et parue dans le nouvel observateur via l'article "Oui, les OGM sont des poisons" 6*

OGM02

La question de l'impact des OGM dans l'alimentation sur notre santé

Cette étude indépendante, faite par l'équipe et le Pr Séralini pendant deux ans sur 200 rats, voulait mettre en exergue l'effet de la consommation des OGMs sur notre santé.

Les résultats, une fois transmis et divulgués par les médias, ont fait l'effet d'une bombe : l'expérience prouvait indubitablement, et pour la première fois sur un mammifère, que la consommation régulière d'aliments génétiquement modifiés était un facteur non négligeable de développement de pathologies lourdes et de tumeurs cancéreuses (d'ailleurs impressionnantes chez les rats de l'expérience, je vous en ai évité ici les photos criantes).

Alors, quand est-il vaiment ?
Est-ce que les résultats de cette recherche prouvent vraiment la toxicité des OGMs ???

Le problème majeur qu'à posé l'étude pour les scientifiques extérieurs, et qui n'ont finalement pas accrédités ces résultats, c'est que les rats choisis par les expérimentateurs, des "Sprague-Dawley", est une espèce de rat particulièrement portée à développer des tumeurs avec l'âge.
Il est néanmoins possible d' "utiliser cette souche de rat pour des études de deux ans mais alors il faut en utiliser de 75 à 100 par sexe et par groupe, pour qu'un nombre suffisant d'entre eux parvienne à un âge avancé, et qu'on puisse analyser statistiquement les observations effectuées à cet âge".5*

Or dans cette étude, par groupe, les chercheurs ne disposaient que de 25 rats et non pas de 150 à 200 comme il l'aurait fallu pour obtenir des résultats probants, statistiquement viables.

Le mérite de cette étude c'est quand même d'avoir envisagé et tenté de mesurer sérieusement les risques que pouvaient représenter la consommation d'OGM pour notre santé.
Même si les conclusions de l'étude ne sont donc pas acceptables en l'état scientifiquement parlant vu que différents facteurs peuvent être intervenus pour biaiser les résultats, ils sont suffisamment significatifs pour être pris très au sérieux et nous inquiéter.

Dans l'idéal, une autre étude indépendante devrait être mise en place rapidement, avec un nombre suffisamment de cobayes non prédisposés au développement de tumeurs cette fois, pour que l'on puisse réellement se représenter si, OUI ou NON, les OGM peuvent avoir une quelconque influence sur notre santé.

La question se pose, le débat est important, mais la réalisation d'une telle étude aura t-elle lieue ?
Qui vivra verra...

 

*Provenance de l'image : http://my5thpower.blogspot.fr/2012/09/ogm-et-si-cetait-vrai-compilations.html

** Extrait du magazine n° 470 de "La Recherche", datant de décembre 2012 (page 51).

*** Voir le débat en ligne retranscrit avec Yves Bertheau d'où proviennent les extraits cités sur mon blog : http://www.larecherche.fr/actualite/aussi/cultures-ogm-non-ogm-peuvent-elles-coexister-14-10-2009-68052

4* Extrait du magazine n° 470 de "La Recherche", datant de décembre 2012 (page 53) dans l'article "Des étiquettes pour plus de transparence".

5* Extrait du magazine n° 470 de "La Recherche", datant de décembre 2012 (page 43)

6* Détail sur l'étude en question, voir la page : http://tempsreel.nouvelobs.com/ogm-le-scandale/20120918.OBS2686/exclusif-oui-les-ogm-sont-des-poisons.html